LE CHILI
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
Blog Facebook twitter LinkedIn Instagram
Accueil > Blog > Arts & Culture > Hommage à Ángel Parra
Retour

Hommage à Ángel Parra


Né en 1943, à Valparaíso, Ángel Parra, chanteur, romancier et musicien, est l’une des grandes figures de la diaspora chilienne internationale et tout particulièrement de celle en France, pays où il a habité depuis 1976. Ángel Parra, fils de la célèbre Violeta Parra a été immergé dans le monde de la recherche et de la création tant musicale que littéraire et artistique en général, ayant accompagné sa mère depuis son enfance lors de voyages de recherche ou en tournée - son premier voyage en France avec elle date des années 1960. Très vite il a partagé la scène avec sa mère comme musicien et créateur et, en 1965, il est l’un des fondateurs de « La Peña de Los Parra » qui devient le lieu de la chanson populaire chilienne où se retrouvent de nombreux artistes, dont Isabel Parra, Mercedes Sosa, Paco Ibáñez, Pablo Neruda ou Víctor Jara.

Au lendemain du coup d’état du 11 septembre 1973 qui a instauré la dictature de Pinochet au Chili il a été emprisonné au Stade National, puis relégué au camp concentrationnaire de Chacabuco. Il a ensuite été déporté parce qu’il était militant de gauche et avait soutenu Salvador Allende. Son exil a commencé au Mexique, oû il a passé un an, avant de trouver refuge à Paris où il s’était installé en 1976. Il est retourné pour la première fois au Chili en 1989, année durant laquelle il a fait une tournée artistique afin de défendre le "NON" au réferendum initié par Pinochet et visant à son mantient au pouvoir. C’est finalement ce "NON" qui a gagné.

Fin 2004, il reçoit avec sa sœur Isabel le titre de Figuras Fundamentales de la Música Chilena.

De la longue discographie et de la vie musicale de Ángel Parra ressort son disque, Venceremos, hommage à Salvador Allende sorti lors du trentième anniversaire du coup d’état (2013).

Il est l’auteur du recueil Dos Palomitas et autres mélodies (Mille et une nuits, 2003) et du roman, Mains sur la nuque (Métailié, 2007) dans lequel il évoque les événements de septembre 1973.

En 2006, Ángel Parra a publié simultanément un CD où il interprétait les chansons de sa mère Violeta Parra et un livre sur son histoire, Violeta se fue a los cielos (Violeta s’en fut aux cieux). Le réalisateur chilien Andrès Wood (prix Goya pour La Buena vida et Mon ami Machuca) a adapté ce roman d’Ángel Parra dédié à sa mère dans le film Violeta, sorti en France au printemps 2012.

Il laisse aussi son roman de 2015, Bienvenue au Paradis, lequel fait ressortir son esprit infatigable, esprit qui l’a aussi amené à donner plusieurs concerts ces derniers mois, invitant de jeunes musiciens chiliens de grande qualité à se joindre à lui.

Cet homme inspiré avait ainsi récemment offert son art dans le cadre de l’année Violeta Parra en cours actuellement, dont le Chili fête les 100 ans de sa naissance.
Ángel Parra a été inhumé ce jeudi 16 mars au crématorium du Père Lachaise, à Paris, accompagné de nombreuses personnalités artistiques chiliennes mais aussi de politiques francais. Ses cendres seront prochainement rapatriées au Chili et plus précisemment à Valparaíso, ville qui l’a vu naître.

C’est un grand artiste chilien qui nous a quitté. C’est aussi un homme au parcours riche et terrible, une vie empreinte de l’histoire qui unit le Chili et la France. Une histoire que portent de nombreux chiliens qui ont trouvé exil en France, s’y sont installés, ou sont revenus au Chili un jour.

Si vous souhaitez écouter l’une des chansons de cet artiste :


.