LE CHILI
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
Blog Facebook twitter LinkedIn Instagram
Billet de 1000 pesos chiliens Indiens du Chili Graffiti de Valparaiso
Accueil > Blog > Arts & Culture > Patagonia de los sueños
Retour

Patagonia de los Sueños


Patagonia de los Sueños c’est le titre d’un film qui a la Patagonie chilienne et argentine comme théâtre et Chantal Rouquaud, jeune aristocrate française, comme protagoniste.

Patagonia de los Sueños, c’est surtout un film chilien tiré d’une histoire vraie : celle de la famille aristocrate Rouquaud qui, à la fin du XIXème siècle, se voit dans l’obligation de déménager en Patagonie. Elle devient alors malgré elle, la première de famille de colons français dans cette région du bout du monde, et doit faire face à de nombreuses difficultés. Entre les conditions climatiques extrêmes, les Indiens Tehuelches, premiers habitants de ces terres, le différend frontalier entre le Chili et l’Argentine, et les conflits socio-économiques, la famille Rouquaud a fort à faire.

Entre une réflexion sur la définition - nécessaire ? - de frontières et l’établissement de droits de propriété, l’histoire initiatique émouvante de la protagoniste, et des paysages patagons de toute beauté, Jorge López Sotomayor est l’auteur d’un film intense qui a déjà reçu un très bon accueil, notamment au Festival de Cannes, où il a été étrenné.


Cette histoire vraie est également une marque des relations atypiques et sporadiques entre la France et le Chili.
Avides d’autres exemples ? Nous vous invitons à lire l’histoire insolite du roi - français - de Patagonie, et la découverte incroyable des derniers explorateurs franco-chiliens au mois de janvier.

Avec Gloria (Sebastián Lelio), primé au Festival de Berlin, No (Pablo Larraín), ou encore Machuca (Andrés Wood) et très bientôt Los 33 (Patricia Riggen), le film Patagonia de los Sueños participe du boom - relatif - de l’industrie cinématographique chilienne. Le Chili semble en effet être le nouvel El Dorado du cinéma, grâce à ses paysages exotiques et variés (du Désert d’Atacama à Torres del Paine, en passant par Valparaiso) et à ses avantages économiques (politique du gouvernement pour que plus de films soient produits au Chili).

Cependant, il manque aux films chiliens un public chilien. Si la production chilienne augmente en quantité et en qualité, et se diversifie, elle reste inconnue du public chilien, obnubilé par les blockbusters américains.
Ainsi, selon Jorge López Sotomayor, il faudrait travailler davantage sur la post-production, ce qu’il a fait avec Patagonia de los sueños, en choisissant de projeter les avant-premières dans tout le Chili, d’Arica à Puerto Natales ; et d’approfondir les coproductions avec les autres pays de la région.


.