LE CHILI
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
Blog Facebook twitter LinkedIn Instagram
Envol de flamands roses - désert d'Atacama Lagunes altiplaniques - Miscanti & Miñiques Lagune salée de Tebenquinche Coucher de soleil sur la vallée de la Lune Vigognes - San Pedro de Atacama
Accueil > Blog > Environnement & Astronomie > Le télescope le plus grand du monde
Retour

Le télescope le plus grand du monde


C’est sur le mont Armazones, dans le désert d’Atacama, à 3046 mètres d’altitude que sera construit le plus grand télescope du monde.

Après plusieurs années de report, par manque de financement, les travaux du super télescope européen, le plus grand au monde, viennent finalement de débuter. Et c’est Michele Bachelet, la présidente du Chili, qui est venue en personne poser symboliquement la première pierre de ce prochain géant astronomique.

Le télescope sera construit par l’Observatoire européen austral (ESO) pour un budget d’un milliard d’euros. Il aura un diamètre de 39 mètres, pèsera 3000 tonnes et sera situé sur un énorme dôme de 85 mètres de diamètre. L’ensemble des travaux devraient être achevés en 2024. Seize pays participent à ce projet dont la France, l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni, et bien sûr le Chili.

Successeur de l’actuel Very Large Telescope (VLT), un ensemble de quatre télescopes aux miroirs de 8,2 mètres de diamètre se dressant au sommet du mont Paranal, ce super télescope va permettre de voir des objets 25 fois moins lumineux que son prédécesseur. En effet, plus la surface d’un miroir est grande, plus celui-ci collecte de lumière et rend visibles des objets faiblement lumineux. « Ce nouveau télescope va collecter à lui seul plus de lumière que tous les grands télescopes terrestres actuels réunis », a expliqué Tim de Zeew, directeur général de l’ESO. Ainsi, les scientifiques vont multiplier par cinq l’accès à l’univers observable !

Le télescope européen aura un miroir principal composé de centaines de petits miroirs hexagonaux, un peu comme l’œil à facettes des insectes. Ce sont en effet 798 miroirs hexagonaux de 1,45m de diamètre qui vont former cet œil gigantesque tourné vers le ciel. Le LAM (Laboratoire d’Astrophysique de Marseille) est impliqué dans la conception du spectrographe HARMONI (notamment pour la partie optique adaptative) ainsi que du spectrographe multi-objets MOSAIC qui équiperont ce télescope et permettront d’analyser des astres lointains en décomposant leur lumière.

Avec un tel instrument, les astrophysiciens pourront aborder de nombreux sujets d’étude, comme la recherche de la vie à la surface d’exoplanètes (c’est à dire des 3 600 planètes répertoriées qui tournent autour des 100 000 milliards d’étoiles de notre galaxie), l’étude de la nature de l’énergie noire et de la matière noire, l’exploration des premiers instants de l’Univers. L’objectif sera de remonter aux confins de notre univers vieux de 13,7 milliards d’années avec des images quinze fois plus précises que le télécospe spatial Hubble.

Bénéficiant d’un ciel totalement dégagé une grande partie de l’année, dans un air sec et froid, le nord du Chili abrite déjà les plus importants télescopes au monde, espérant concentrer 70% de l’infrastructure astronomique mondiale d’ici 2020.

Désireux d’aller observer les constellations d’étoiles dans le nord du Chili ?
- Jetez un oeil sur notre circuit Astronomique
- Découvrez également notre circuit Panoramique Atacama
- Et n’hésitez pas à Consultez un conseiller voyage !


.