LE CHILI
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
Blog Facebook twitter LinkedIn Instagram
Billet de 1000 pesos chiliens Indiens du Chili Graffiti de Valparaiso
Accueil > Blog > Environnement & Astronomie > Suivez l’actualité au Chili 28
Retour

Le Parc National Patagonie


Quand la Fondation pour la Conservation de la Patagonie, créée par Kristine Tompkins, a acheté l’Estancia Vallée Chacabuco en 2004, elle a été considérée par certaines entités de l’Etat – comme la CONAF et la CONAMA, comme un lieu idéal pour créer une zone de conservation, grâce à la présence naturelle d’espèces natives comme des pumas, des huemules (sorte de cerf, endémique du Chili), des guanacos, des renards, des tatous, des nandous qui, ensemble forment un écosystème complet, équilibré, libres des grillages et barrières.

Après presque 10 ans de travail dans ce sens dans le Parc Patagonie – ou l’Estancia Vallée Chacabuco, cet équilibre se remarque dès le premier regard, puisque ces espèces ont proliféré de manière naturelle. Il n’est pas rare de se trouver face à face à des guanacos, ou des renards. Il est un peu plus difficile d’apercevoir les pumas, très discrets, mais leurs traces sont reconnaissables à première vue.

Dans les zones les plus boisées, des hordes entières de huemules peuvent apparaître, et depuis le ciel, les condors observent et ornent la scène naturelle, au diapason des mandores, des cygnes à cou noir et d’autres espèces présentes dans les innombrables lagunes de l’endroit.

L’idée c’est que l’Estancia Vallée Chacabuco fasse partie du futur Parc National Patagonie, connecté avec la Réserve Nationale Tamango et la Réserve Nationale Jeinimeni, créant ainsi l’aire boisée protégée la plus grande et diversifiée des Patagonies chilienne et argentine.

Christian Saucedo, administrateur de la Vie Sylvestre du Parc Patagonie, explique que « c’est l’un des endroits les plus diversifiés en termes de faune et de flore, de la région d’Aysen. Parcourir cet endroit est impressionnant. Parce qu’on peut y voir d’énormes quantités de guanacos, marcher sur ses sentiers et admirer le fonctionnement de son écosystème entier, il promet un développement touristique de la région significatif ».

Mais accéder à cet équilibre a demandé des efforts importants de la part d’une équipe de travail composée d’experts dans des domaines divers et variés. Les huemules et pumas sont surveillés et étudiés pour que l’on en sache plus sur leurs comportements et leurs déplacements.
Par exemple, ceux qui chassaient et tuaient les pumas aujourd’hui les suivent de près pour faciliter cette étude. Les huemules qui avant étaient porteurs de nombreuses maladies dues au contact avec le bétail ovin ou bovin ont aujourd’hui récupéré leur espace et commencent même à occuper des terrains plus étendus.

L’un des objectifs finaux est d’arriver à impliquer la communauté dans le processus de conservation de ces espèces, en connaissant l’endroit et en apprenant sur le comportement de ces espèces (…).

L’Estancia Vallée Chacabuco, futur Parc National

Pour la Fondation pour la Conservation de la Patagonie, l’objectif le plus important est de laisser la place à l’Etat chilien pour qu’il continue d’être en charge du lieu et de sa préservation. Pour cela, il faudrait un peu plus d’un an. Mais déjà à partir de cette saison, le Parc accueillera des visiteurs, touristes et volontaires.

Dans cet endroit, il y a des espaces prévus pour camper, avec toutes les commodités nécessaires, comme des toilettes et cuisines désinfectées ainsi que des éviers de cuivre pour éviter les maladies contagieuses à ceux qui auront pu entrer dans le parc, dont l’entrée est payante (5000 pesos, environ 10 dollars).
Il y aura également une maison d’hôtes, type lodge, aves 6 chambres dont le prix sera d’approximativement 100 000 pesos par nuit (environ 200 dollars).
Cependant, le plus remarquable est la création d’un musée interactif qui sauvera de l’oubli l’histoire des peuples ancestraux, les années d’exploitation du bétail dans la zone, et des informations détaillées sur chacune des espèces qui habitent le lieu.

La fusion avec les réserves nationales Tamango et Jeinimeni permettra au visiteur de parcourir un circuit unifié de trekking de 7 jours, qui est d’ailleurs déjà ouvert au public et relie les secteurs de Cohrane et Chile Chico, ouvrant de nouveaux horizons au tourisme local. Il y a également des sentiers qui permettent de réaliser la fameuse Route de l’Huemul.


.