LE CHILI
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
Blog Facebook twitter LinkedIn Instagram
Lever de soleil sur les Moais - Ile de Pâques  Petit-déjeuner au pied volcan Lascar - San Pedro de Atacama Suivre le défilé d'une fête traditionnelle – Grand nord chilien Pause café sur le pont du Skorpios - Fjords de Patagonie Petite randonnée dans le parc National Lauca - Altiplano chilien Retour à l'hôtel et rencontre avec un gaucho - Route Australe Relaxation avant le coucher du soleil – Parc Torres del Paine
Accueil > Blog > Divers > Alejandro Aravena, le premier chilien à recevoir le prix d’architecture (...)
Retour

Alejandro Aravena, le premier chilien à recevoir le prix d’architecture Pritzker



Le 13 janvier dernier, Alejandro Aravena est devenue à 48 ans le premier chilien récompensé par le prestigieux prix d’architecture Pritzker. Le prix Pritzker est un prix d’architecture décerné chaque année depuis 1979 par un jury indépendant. Créé par Jay Pritzker et sa femme (fondateurs de la chaîne hôtelière Hyatt), il récompense le travail d’un architecte vivant qui a montré, à travers ses projets et ses réalisations, les différentes facettes de son talent et qui a eu un apport significatif à l’architecture. Le prix, doté de 100 000 $ versés par la fondation Hyatt, est considéré comme le « Prix Nobel d’architecture ». Il sera remis au 41ème lauréat le 04 avril 2016 au siège des Nations Unies, à New York, par l’actuel président du jury, Thomas Pritzker, fils de Jay Pritzker.

Aravena incarne une architecture socialement engagée. « Le jury a sélectionné un architecte qui approfondit notre compréhension de ce qui est vraiment un très beau design. Alejandro Aravena a été le pionnier d’une pratique collaborative qui produit des œuvres d’architecture puissantes et traite aussi des défis majeurs de 21e siècle », a expliqué Tom Pritzker, en annonçant le nom du vainqueur. « Innovant et inspirant, il montre comme l’architecture, dans ce qu’elle a de meilleure, peut améliorer la vie des gens. Ses constructions donnent des opportunités économiques aux moins privilégiés, atténuent les effets des catastrophes naturelles, réduisent la consommation d’énergie et procurent des espaces publics accueillants », a-t-il ajouté.

Cet architecte né à Santiago du Chili en 1967, fût diplômé en 1992 et fonde son cabinet d’architecture en 1994 à Santiago. A travers ses œuvres, il allie l’aspect esthétique à celui de l’utile en prenant en compte les critères sociaux et écologiques. Les écoles de Mathématiques, de Médecine ou encore d’architecture de Santiago, les « tours siamoises » de l’université catholique du Chili, la résidence étudiante de l’université St Edward à Austin (Texas) ou encore l’immeuble Novartis de Shanghai sont quelques-unes de ses œuvres.

Au début des années 2000, il fonde l’agence Elemental avec plusieurs associés. Cette agence s’intéresse aux projets d’intérêts publics et à l’impact social que ce soit pour des habitations, des espaces publics, des infrastructures ou encore des transports. L’une des caractéristiques de l’entreprise est un processus de conception participative dans laquelle les architectes travaillent en étroite collaboration avec le public et les utilisateurs finaux de la structure. Des projets ont déjà été menés au Chili mais aussi aux Etats-Unis, au Mexique, en Chine ou encore en Suisse.

Après le séisme suivis du tsunami qui a frappé le Chili en 2010, Elemental a été sollicité par le gouvernement pour reconstruire une partie de la ville de Constitución. La solution développée s’est avéré être utile pour d’autres ville. « Avec l’argent public, on construit ce qu’une famille ne peut pas faire correctement par elle-même : la cuisine, la salle de bains, les murs mitoyens, l’isolation. Explique l’architecte. Aux habitants de réaliser peintures et finitions sur les murs de briques et de béton ; à eux aussi de bâtir les pièces supplémentaires dans les vides prévus à cet effet ». « Penser et construire de meilleurs quartiers est indispensable si l’on veut que le développement casse le cercle vicieux de l’inégalité », rappelle ce diplômé de l’Université catholique de Santiago du Chili. Il a par exemple construit un quartier à Iquique en 2004 pour résorber un bidonville installé depuis 30 ans en plein centre de la ville du désert chilien, non loin de la frontière péruvienne. Cent familles y ont été relogées sur place, dans le cadre d’un programme public leur allouant des subventions. « Faire mieux avec les mêmes moyens », tel est son défi.

Si vous souhaitez découvrir une ou plusieurs de ses réalisations à Santiago comme dans d’autres villes du Chili, contactez-nous !

En savoir plus sur l’agence Elemental (en espagnol ou anglais)

Photo credit : Pontificia Universidad Católica de Chile via Visual hunt / CC BY-NC-SA
Photo credit : CentroInnovacionUC via Visualhunt.com / CC BY-NC-SA


.