LE CHILI
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
Blog Facebook twitter LinkedIn Instagram
Billet de 1000 pesos chiliens Indiens du Chili Graffiti de Valparaiso
Accueil > Blog > Tourisme > Suivez l’actualité au Chili 22
Retour

Les peuples indigènes font un clin d’oeil au tourisme



- Les peuples indigènes du Chili, désireux de faire connaître et estimer leurs cultures, se servent du tourisme pour se faire une place dans la société chilienne. Dans cette perspective, des représentants des cultures aymará, quechua, mapuche, yagán et pascuane ont participé à la seconde édition de la Foire Nationale du Tourisme, qui a accueilli plus de 50.000 visiteurs à Santiago.

- Parmi les exposants indigènes, on remarque Adela Cutipa Santos, qui a fait la promotion de La Paskana (lieu du repos, en aymará), hébergement situé à Arica, ville frontière à 2000 km au nord de Santiago. Elle propose de vous loger dans une maison des andes traditionnelle, de vous offrir de la nourriture typique comme la « guatia » (cuisine dans un trou dans la terre), et de vous emmener en excursion (sites patrimoniaux, villages coloniaux et sites archéologiques).

- Rogelia Castro, indigène aymara, qui se consacre au travail artisanal de la laine alpaca, est venue de Colchane, région d’Arica et Parinacota. Elle a également apporté des quinoas confits et des herbes médicinales de l’altiplano.
Eva López Quispe, 72 ans, a fait une démonstration de tissage sur un métier à tisser, qu’elle a appris de sa mère. À l’instar de Rogelia, elle possède ses propres alpacas qu’elle tond, lave et file. « C’est un long mécanisme et ça coûte cher », affirment d’une seule voix les deux femmes originaires du nord du Chili. Eva parle l’espagnol, l’aymará et le quechua parce que son mari fait partie de cette dernière ethnie, et elle assure, en riant avec malice, qu’ « entre gringos, ils ne se comprenaient pas ».

- Le Regroupement du Tourisme Écologique et des Guides de Liquiñe a présenté son Réseau de Sentiers Touristiques et Guidés faisant partie de Propriétés Privées et comprenant des Forêts Natives et des Paysages de familles Mapuches. Depuis 2010, ce groupe met en valeur la richesse des forêts natives qui subsistent encore à Panguipulli (800km au sud de Santiago), où 8 sentiers au cœur de propriétés de familles Mapuches ont été habilités dans les localités de Rio Hueico, Carririñe, Liquiñe et Raguintulelfu. Vous aurez la possibilité d’y partager et connaître la culture, l’histoire et les savoirs qui veillent sur ce territoire.

- Plus au sud, René Yefi Ojeda, guide et pêcheur à la mouche, a fait la promotion de ses excursions du côté du Río Petrohué et du Lac Todos Los Santos, pendant lesquelles il inclut un récit sur la culture mapuche-huilliche caractéristique de la zone, et une visite à la communauté indigène Purailla, une des seules qui demeurent encore sur le territoire du Lac Todos Los Santos.

- Pamela Soto Vargas a fait la publicité son “Departamento Haruwen”, hébergement à visée touristique inspiré de la culture selknam et situé dans la ville australe de Punta Arenas, où il est possible de visiter des musées et des sites archéologiques qui possèdent des vestiges des cultures selknam et yaganes, caractéristiques de la zone.

- Depuis l’île de Pâques, la jeune Claudia Mahaki a dit à ANSA qu’elle voulait montrer la culture et l’histoire de son peuple, « la danse, nos coutumes. Nous sommes très sociables, nous prenons soin de notre environnement et nous aimons découvrir et apprendre d’autres cultures », dit-elle. Elle ajoute qu’elle aimerait enseigner aux habitants du continent l’histoire des tribus qui habitent l’île, ainsi que leur musique sensuelle. Mais sur le continent, « ils y sont indifférents », déplore-t-elle.


.