LE CHILI
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
Blog Facebook twitter LinkedIn Instagram
Couleurs du Chili Direction dans le désert Façade - Valparaiso Monnaie chilienne Tissus andins
Accueil > Culture > El pueblo unido
Retour

El pueblo unido jamás será vencido,

Ou l’histoire d’une chanson devenue un hymne à la liberté...

 

 



1973. Cela fait maintenant plus d’un siècle que les Etats Unis ont supplanté les puissances coloniales européennes pour faire de l’Amérique latine leur chasse gardée.

Les intérêts économiques ont changé de mains, mais la stratégie est la même : soutenir l’oligarchie locale, et avec sa complicité, exploiter les richesses au profit des grandes fortunes nationales et des entreprises nord-américaines.

La guerre froide qui fige le monde en deux blocs antagonistes à partir de 1947 ne fait qu’attiser la susceptibilité des Etats Unis, devenus hyper-réactionnaires face à l’émergence de partis socialistes et communistes aspirant à gouverner.

A la fin des années 60, des dictatures militaires plus ou moins brutales et soutenues par l’oncle Sam sont déjà aux commandes au Paraguay (depuis 1954), et au Brésil (depuis 1964), tandis que la guérilla menée par Che Guevara en Bolivie s’est soldée en 1967 par un cuisant échec.

Septembre 1970 : contre toute attente, à sa quatrième tentative, le socialiste Salvador Allende, candidat du parti de l’Unité populaire, remporte les élections présidentielles chiliennes.

Elu pour six ans, il n’accomplira que trois années de son mandat.
Le 11 septembre 1973 l’armée (avec à sa tête le général Augusto Pinochet) prend le pouvoir par la force, Salvador Allende se donne la mort dans le palais présidentiel assiégé.

Ce coup d’Etat sonne le glas des espoirs démocratiques du Chili, et marque son entrée dans une période de dictature qui sera parmi les plus répressives du continent.

C’est peu avant, en juillet 1973, qu’est enregistrée pour la première fois la chanson "El pueblo unido jamás será vencido" (phrase tirée d’un discours prononcé dans les années 40 par le leader populiste colombien Jorge Eliécer Gaitán).
La musique est composée par Sergio Ortega, les paroles écrites et interprétées par le groupe Quilapayún (du mapuche "quila", trois, comme le nombre de membres du groupe, et "payún", barbe, l’attribut commun aux trois camarades).

Les paroles militantes et engagées, l’énergie de la scansion qui évoque une troupe en marche, un couplet en forme de cri de révolte : "El pueblo unido jamás será vencido" est l’archétype de la "canción de protesto" (chanson de protestation), un style courant en Amérique latine.

Lors du coup d’Etat, les artistes sont en tournée en Europe (ils se produisent notamment à l’Olympia le 15 septembre 1973). Ils feront le choix d’y rester, et, comme pour des milliers d’artistes et intellectuels chiliens, leur exil durera 15 ans.

Rapidement, ils s’imposent comme des figures centrales lors des manifestations de solidarité avec le peuple chilien, et continuent d’enregistrer des disques engagés.

Mais c’est "El pueblo unido ..." qui s’impose comme LA chanson emblématique de la lutte pour la démocratie au Chili, et devient au fil du temps symbole d’unité et de solidarité populaire à travers le monde, dépassant son rapport direct avec le Chili.

Traduite en plusieurs langues, reprise par quantité d’interprètes de toutes nationalités, servant d’inspiration à des albums entiers, la chanson a également été adoptée et adaptée par de nombreux mouvements révolutionnaires, notamment au Portugal (durant la Révolution des Oeillets de 1974), en Iran (lors de la Révolution Islamique de 1979) ou en Ukraine (durant la Révolution Orange de 2004).

Nous présentons ici sa version originale, interprétée par Quilapayún.

Note : créé en 1965, le groupe Quilapayún a changé plusieurs fois de configuration et de participants. Il compte aujourd’hui une dizaine de membres, est toujours actif et se produit régulièrement en concert, au Chili et dans le monde entier.
Pour suivre le groupe www.quilapayun.com

 

QUILAPAYÚN – EL PUEBLO UNIDO JAMAS SERA VENCIDO

 

¡El pueblo unido jamás será vencido ! X4   Le peuple uni ne sera jamais vaincu ! X4
 
De pie, cantar, que vamos a luchar.
Avanzan ya banderas de unidad.
Y tú vendrás marchando junto a mí.
Y así verás tu canto y tu bandera florecer.
La luz de un nuevo amanecer
anuncia ya la vida que vendrá.
  Debout, chantons, que nous allons lutter.
Ils avancent déjà, les drapeaux d’unité.
Et tu viendras, marchant à mes côtés.
Et tu verras ton chant et ton drapeau fleurir.
La lumière rouge d’un nouveau lever de soleil,
annonce déjà la vie qui viendra.
 
De pie, luchar, el pueblo va a triunfar.
Será mejor la vida que vendrá.
A conquistar nuestra felicidad.
Y en un clamor mil voces de combate
se alzarán, dirán, canción de libertad.
Con decisión la patria vencerá.
  Debout, combattons, le peuple triomphera.
La vie qui viendra sera meilleure.
Allons conquérir notre bonheur.
Et en une clameur, mille voix de combat
se soulèveront, diront, une chanson de liberté.
Décidée, la patrie vaincra.
 
Y ahora el pueblo que se alza en la lucha
con voz de gigante gritando : ¡ adelante !
¡ El pueblo unido jamás será vencido !
¡ El pueblo unido jamás será vencido !
  Et maintenant, le peuple qui se soulève dans la lutte
avec une voix de géant et criant : en avant !
Le peuple uni ne sera jamais vaincu !
Le peuple uni ne sera jamais vaincu !
 
La patria está forjando la unidad.
De norte a sur se movilizará.
A derrumbar el odio y la traición.
A conquistar unidos en la lucha
y el trabajo irán, la patria cubrirán
su paso ya anuncia el porvenir.
  La patrie forge son unité.
De nord au sud, elle se mobilisera.
Pour abattre la haine et la trahison.
Pour conquérir, unis dans la lutte
et dans le travail, ils iront, ils protègeront la patrie.
Leur pas annonce déjà l’avenir.
 
De pie, cantar, el pueblo va a triunfar.
Millones ya imponen la verdad.
De acero son ardiente batallón.
Sus manos van llevando la justicia
y la razón, mujer, con fuego y con valor,
ya estás aquí junto al trabajador.
  Debout, chantons, le peuple triomphera.
Des millions, déjà, imposent la vérité.
Ils sont d’acier, ardent bataillon.
Leurs bras vont porter la justice
et la raison, femme, ardemment et valeureusement,
déjà tu es ici, avec le travailleur.
 
Y ahora el pueblo que se alza en la lucha
con voz de gigante gritando : ¡ adelante !
¡ El pueblo unido jamás será vencido ! AD LIB
  Et maintenant, le peuple qui se soulève dans la lutte
avec une voix de géant et criant : en avant !
Le peuple uni ne sera jamais vaincu ! AD LIB

 

 

 

.