LE CHILI
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
Blog Facebook twitter LinkedIn Instagram
Billet de 1000 pesos chiliens Indiens du Chili Graffiti de Valparaiso
Accueil > Culture > La culture au Chili
Retour

Le Chili, un pays de contrastes culturels

 

Artisanat

L’artisanat au Chili n’est pas aussi réputé que dans les pays voisins. Néanmoins, et notamment grâce à sa diversité culturelle, on trouve quelques beaux objets :

- Des produits textiles, du nord au sud, en laine de lamas, d’alpacas (pour les plus délicats), ou de moutons en Patagonie. Ponchos, tapis, décorations, vous trouverez votre bonheur !

- Les bijoux en argent, alpaca et cuivre, fabriqués par les artisans installés à San Pedro de Atacama.

- Des sculptures en pierre de Toconao, village proche de San Pedro de Atacama.

- Les créations à partir d´art rupestre dans les villages du désert d´Atacama (principalement, encore et toujours, à San Pedro de Atacama).

- Des poteries, dont les céramiques de Pomaire (région centrale) et de Quinchamalí, dans la région Mapuche, proche de Chillán.

- De la vannerie, surtout en Patagonie.

- De superbes bijoux en lapis-lazuli, pierre que l´on ne trouve qu´au Chili et en Afghanistan.

- Beaucoup d’objets en cuivre.


Lectures recommandées

Selon la tradition populaire, le Chili est le pays des poètes.

Le Chili a donné naissance à deux Prix Nobel de Littérature : le grand Pablo Neruda (« J’avoue que j’ai vécu », « Chant Général ») et la poétesse Gabriela Mistral (D’amour et de désolation).

Mais il ne faudrait pas oublier quelques autres écrivains incontournables de la littérature chilienne :

· Luís Sepúlveda : sans hésiter, tous ses livres !

· Francisco Coloane : « Tierra del fuego », « Cap Horn », « El Guanaco », incontournables pour ceux qui se rendent dans le Sud du Chili.

· Isabel Allende : « La maison aux esprits », « Eva Luna « Inès del Alma Mía ».

· Jodorowsky : « Le Paradis des perroquets » mais surtout ses bandes dessinées réalisées en collaboration avec Moebius.


Musique

La musique chilienne est très riche et de nombreux groupes ont acquis une renommée internationale. Inti Illimani, Quilapayun, Illapu, Ana Tijoux (rappeuse franco-chilienne)....

À partir des années 60 la « nueva canción chilena » apparaît, chargée de revendications sociales. Beaucoup de ses interprètes devront fuir le pays durant la dictature de Pinochet. La plus grande représentante de la nouvelle chanson chilienne est certainement Violeta Parra. Dans sa peña (bar musical) de Santiago vont se retrouver les plus grands troubadours du pays, dont le mythique chanteur-compositeur Victor Jara, torturé et assassiné par la dictature à cause de ses textes.

Le Festival de Viña del Mar est un festival musical ayant lieu chaque année en février, habituellement, la dernière semaine de celle-ci, pendant une durée de 6 jours au Chili. Il existe depuis 1959. Il est le festival musical le plus important de toute l’Amérique latine.


Identité et tradition

En comparaison à la Bolivie, où de nombreuses ethnies et leurs langues sont reconnues officiellement par le gouvernement, le Chili semble être un pays très homogène. Mais ne vous fiez pas aux apparences ! Les expressions culturelles varient notablement d’une région à l’autre, sur ce territoire traversant presque un hémisphère entier.

Le nord se caractérise par l’influence des cultures andines, aymara, quechua, atacamène, mêlées de religion catholique. La fête de La Tirana est l’exemple le plus frappant de ce syncrétisme.

La zone centrale est caractérisée par ses traditions rurales. On considère que ces régions du pays, qui rassemblent la majeure partie de la population, sont la source de l’identité culturelle des Chiliens. Des fêtes importantes comme celles de l’Indépendance qui ont lieu le 18 septembre montrent leur fort patriotisme.

La culture mapuche prédomine dans la Région d’Araucanie. Temuco concentre près du quart des Mapuche du pays soit environ 150 000 personnes. Mais à l’instar du nord, dans des villes comme Valdivia, Osorno, Puerto Varas et Llanquihue, l’influence européenne, en particulier allemande, se fait sentir : des colons s’y sont installés vers la seconde moitié du XIXe siècle pour peupler la région à la suite de l’appel du gouvernement.

L’île de Chiloé (située au sud de Puerto Montt) possède une culture riche qui a sa propre mythologie.

Les régions de l’extrême sud, peuplées à l’origine par 4 principales ethnies indigènes, ont ensuite été envahies par des colons européens, slaves notamment (40 % des habitants de Punta Arenas descendent de colons yougoslaves).

L’île de Pâques possède une culture spécifique d’origine polynésienne.

Cependant, depuis les cinquante dernières années, ces cultures disparaissent progressivement et la culture occidentale ou américaine prédomine en ville.


Emblèmes nationaux du Chili

La fleur emblème nationale est le Copihue (Lapageria rosea), que l’on trouve dans les forêts d’Araucanie. Les armes du pays représentent les deux animaux nationaux : le condor (un très grand oiseau vivant dans les Andes de la famille des vautours) et le Huemul (un daim à la toison blanche, espèce en voie de disparition). Il porte en légende la devise du pays :Por la razón o la fuerza.

Le drapeau chilien a été élaboré par le ministre José Ignacio Zenteno durant le gouvernement de Bernardo O’Higgins et a été dessiné par le militaire espagnol Antonio Arcos. Les couleurs rouge, bleu et blanc représentent respectivement le sang versé par les patriotes durant la guerre d’Indépendance, le bleu symbolise le ciel chilien généralement clair, et les sommets enneigés de la Cordillère des Andes visible sur tout le pays. L’étoile à cinq pointes représente les pouvoirs de l’État qui veille au maintien de la patrie et le fond bleu situé à l’arrière-plan de l’étoile mesure exactement un tiers de la taille de la partie rouge du drapeau.

Le premier hymne national chilien fut écrit en 1819 par Manuel Robles sur des paroles du poète Bernardo de Vera y Pintado, suite à la déclaration d’indépendance. En 1846, sous le gouvernement de Manuel Bulnes Prieto, la guerre de l’indépendance étant terminée, les espagnols résidents au Chili considérèrent certaines strophes comme injurieuses et hostiles envers l’Espagne. Les modifications ont été faites par Eusebio Lillo Robles et validées par Andrés Bello, et cette version, utilisée actuellement, fut finie en 1847.

Puro Chile, es tu cielo azulado,
Puras brisas te cruzan también,
Y tu campo de flores bordado
Es la copia feliz del Edén.


Majestuosa es la blanca montaña
Que te dió por valuarte el Señor,
(bis)
Y ese mar que tranquilo te baña
Te promete futuro esplendor.
(bis 2 derniers vers)

Coro (refrain) :
Dulce Patria, recibe los votos
Con que Chile en tus aras juró :
Que o la tumba serás de los libres,
o el asilo contra la opresión.

(bis 2 derniers vers trois fois, bis dernier vers deux fois).



.