LE CHILI
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
Blog Facebook twitter LinkedIn Instagram
Billet de 1000 pesos chiliens Indiens du Chili Graffiti de Valparaiso
Accueil > Géographie > La géographie du Chili
Retour

LE CHILI, PAYS DE CONTRASTES

 

JPEG - 2.3 Mo
Santiago, la capitale
Santiago en Hiver

Long ruban de terre coincé entre la cordillère des Andes à l’Est et l’océan Pacifique à l’Ouest, le Chili possède une géographie extravagante. Les paysages et les climats se juxtaposent sur plus de 4200 KM du nord au sud (et à peine 180 Km d’est en ouest), équivalent à la distance qui sépare le Mali du Danemark… Aucun autre pays au monde n’est aussi long et aussi étroit.

Du Désert d’Atacama au Nord du pays, réputé le plus aride de la planète, au climat pluvieux et venteux de la Patagonie, en passant par le climat méditerranéen des vallées centrales de Santiago, le Chili concentre une bonne partie des climats de la planète.

D’une façon générale, compte tenu de la faible largeur du pays, les températures sont modérées par les influences océaniques et surtout la présence au large du courant froid du Pérou, dit courant de Humboldt.

Plus déterminant que les saisons, le climat varie surtout selon la latitude de ce pays de plus de 4200 Km de long. Le Nord est aride, le Centre est méditerranéen, et le Sud, tempéré océanique.
Le Chili s’étire démesurément du nord vers le sud, du 17e au 56e degré de latitude sud, ce qui explique la diversité du climat.

L’autre trait marquant des climats chiliens est l’altitude. En effet, dans les Andes, les températures baissent d’un degré environ pour chaque tranche de 150 m d’altitude. Le Nord est presque partout désertique et constitue l’un des déserts les plus arides au monde.

Vous n’avez que l’embarras du choix, selon vos envies et vos goûts !

Le Nord du Chili

Les précipitations peu abondantes du nord désertique du Chili sont également imputables à la proximité de ce courant océanique. Ce dernier refroidit en effet considérablement les vents du large qui ne se réchauffent, ensuite, qu’en balayant les côtes chiliennes. Ce réchauffement leur permet de rester chargés de vapeur d’eau et limite, par conséquent, les précipitations sur le continent. La haute Cordillère des Andes qui se dresse à l’est du pays fait, par ailleurs, office de barrière naturelle et empêche les alizés provenant de l’Atlantique et les vents qui soufflent à l’intérieur des terres de balayer le nord et le centre du Chili. Plus on descend vers le Sud et plus les températures moyennes baissent.

Le climat désertique change lorsqu’on atteint la latitude de La Serena et les vallées transversales de la Cordillère. Ces vallées se caractérisent par la douceur des températures, un fort ensoleillement en été et un niveau de précipitations encore très faible.

La Région Centrale

Le Centre du Chili se trouve entre Coquimbo et Concepcion. Son climat est caractérisé par des étés chauds et secs et par des hivers froids et humides. Les températures sont généralement modérées. A Valparaiso, pendant les mois les plus froids (en juin et juillet), la température moyenne est de 11.3°C alors que pendant le mois le plus chaud (janvier) elle ne dépasse pas 17.6°C. Dans la vallée centrale où le climat est plus froid en raison des altitudes plus élevées, les températures sont relativement similaires mais les extrêmes sont plus fréquents.

Au fur et à mesure qu’on avance vers le sud du Chili, les précipitations deviennent de plus en plus abondantes et la saison sèche de plus en plus courte. Au sud de Concepcion, la saison des pluies dure presque toute l’année. Dans certains endroits, il arrive même que la pluviométrie annuelle soit supérieure à 500 centimètres.

Le Sud du Chili

Le climat de la Région des Lacs (Villarica, Pucon...) est très pluvieux et à influence océanique. La région subit l’influence des vents d’ouest chargés d’humidité, du stationnement permanent du front polaire plus au sud et de la disparition du courant de Humboldt. La combinaison de ces facteurs génère une faible amplitude de températures aussi bien journalières qu’annuelles, une forte pluviosité un peu moins importante en été et un ciel constamment chargé de nuages.
Les précipitations les plus importantes tombent sur les versants des reliefs montagneux et sont plus faibles dans les zones de plaines.
On notera que ce climat favorise la croissance d’une végétation exceptionnelle caractérisée par sa luxuriance, l’importance des essences d’arbres de grande taille et l’épaisseur des forêts.

La température moyenne annuelle à Punta Arenas, à l’extrémité sud, est 6,1 °C. Dans cette région, tempêtes et cyclones sont fréquents.

Enfin l’Antartique, est le continent le plus froid où on a enregistré d’ailleurs la température la plus basse : - 88,3 °C, le 24 août 1960, à la station Vostok. Un froid extrême règne à l’intérieur des terres avec de faibles chutes de neige. Les régions côtières connaissent des températures un peu moins basses mais des précipitations beaucoup plus importantes.

Les îles

L’île de Pâques bénéficie d’un climat maritime à caractéristiques subtropicales l chaudes avec des pluies toute l’année, mais une température moyenne annuelle de 20,4 °C.

L’archipel Juan Fernández (Ile Robinson Crusoé) propose un climat tempéré de type méditerranéen avec des précipitations tout au long de l’année. La température moyenne annuelle est de 14 ° C.


.